remonterdescendre

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
 Souviens-toi de moi lorsque le vent soufflera [PV Zuruine.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 4
Date d'inscription : 19/08/2017
Age : 21


Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: Souviens-toi de moi lorsque le vent soufflera [PV Zuruine.] | Dim 8 Oct - 0:50
« Quel vent ! Tu m'expliques pourquoi ça souffle autant‚ Tsukiko ? D'ailleurs‚ si tu as froid‚ je peux te réchauffer !
Pourquoi souffle-t-il autant‚ le vent‚ tu me demandes ? Pour ne pas que l'on l'oublie ? Et nous dire " Voyez que je suis encore là‚  s'il-vous-plaît‚ écoutez moi ! " ! Quand à me réchauffer... Ça ira. La dernière fois‚ tu as manqué de m'étouffer. Mais promis‚ si nécessité il y a‚ je ferai appel à toi. »

Je sens la joie de Yoru comme le vent fouettant mon masque. Une joie complètement démesurée pour ces simples propos. Il est difficile d'employer les bons mots avec cet ami‚ ce compagnon de voyage‚ sous peine de subir caprices et humeurs désagréables. Parfois‚ j'ai l'impression d'avoir affaire à un grand enfant. Grand enfant n'hésitant pas à aplatir le moindre arbre pour se tailler une route. Mais je l'aime bien quand même. Il est ma monture‚ mon ami. Cela fait bien des années que nous parcourons ces terres ensemble‚ en particulier les plaines. Et à chaque fois‚ je ne peux m'empêcher de me demander... Était-ce qu'il fallait faire ?

Cela remonte déjà à bien longtemps. Enfin pour Lui‚ sans doute. À plus de 500 ans‚ on en voit passer‚ des choses. Cette pensée m'est aussi douce que désagréable. Moi‚ je n'ai même pas 150 ans. Alors imaginez‚ une biquette comme moi‚ à mi chemin entre l'homme et l'animal‚ Yokai facétieux et rempli de malice à cet impressionnant Kitsune ! Je me suis sentie toute petite en le voyant. Oh‚ bien sûr‚ j'ai évidemment ma propre « forme »‚ que je n'utilise que rarement. Mais Lui‚ me connait sous tout mes masques. Il n'a pas même besoin de voir mes expressions invisibles sous mon masque pour savoir si je souris où je pleure. Tout deux partageons... Un... Un sentiment de compréhension. De compassion. Et c'est peut être bien mieux qu'une relation un tantinet plus élevée.

Toujours est-il que j'ai été heureuse. Et que je suis mère. Je repense souvent à Haruki‚ notre fils. Haruki sont le nom signifie « L'Enfant du Printemps »‚ était un bébé rieur et heureux. À présent‚ à quoi ressemble-t-il ? Aaah‚ cette douleur dans votre poitrine que l'on appelle culpabilité...Je regrette de ne pas être allée le voir. Mais je sais que son père prendra bien soin de lui. Il veille sur sa nombreuse progéniture comme une louve sur ses bébés‚ prêt à mordre et tuer pour protéger ce qu'il a de plus précieux. J'espère que Haruki ressemble à son père. Il est bel homme... Enfin‚ beau Kitsune. Le cœur est décidément complexe. Quant bien même notre histoire s'est terminée dans une douceur cordiale‚ je ne peux m'empêcher de me dire‚ qu'il est toujours aussi attirant.

Mais c'est bel et bien fini. Ce n'est pas plus mal.
Le vent souffle plus fort encore. J'ai l'impression que je vais être emportée. Mais Lui‚ me prendrait la main‚ et me garderait une fois de plus sur terre. Décidément. Non‚ ce n'est pas si mal‚ cette situation. J'ai l'impression de sentir son odeur. Je rêve ? À en croire Yoru‚ non. Ses grognements sont violents.

Le cœur est vraiment trop complexe. Je préfère ne pas réfléchir à la raison d'un tel accueil. Mais je pardonne à Yoru ce soudain emportement. Il le sent‚ et grogne de plus belle. Je me dis qu'il n'est pas loin. Mon cœur bat la chamarde. J'ai l'impression que le temps s'est arrêté. C'est étrange. Les souvenirs me reviennent avec la force de la marée. Mais encore une fois‚ je souris. Après tout‚ n'est-ce pas la meilleure chose à faire ? Je me le demande. Yoru pousse un grognement final.

Je crois bien qu'il est juste derrière.

« Bien le bonjour‚ Zuruine ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Date d'inscription : 30/09/2017


Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: Re: Souviens-toi de moi lorsque le vent soufflera [PV Zuruine.] | Mer 11 Oct - 19:31
Parfois, Zuruine était pris de l’envie d’aller voir sa progéniture plus souvent qu’il ne le faisait habituellement. Ainsi donc, le voici revenu vers le hameau qu’il avait fait construire pour sa descendance. Protégé par des écrins d’une puissante magie que lui avait conférée Inari, sa mère, le village restait en sécurité ainsi. Reculé dans une zone montagneuse et invisible pour les hommes et les yokais trop faibles, il n’y avait que peu de danger qui pouvaient guetter cet endroit. Pour autant Zuruine s’y rendait régulièrement, à la fois par acquis de conscience mais aussi par pure envie. Après tout, avait-il réellement besoin de se justifier de ce qu’il faisait ? Certainement pas.

Mais peu de personnes parvenaient à comprendre cette attitude purement détachée, cette envie de rester libre plus que tout au monde. Inari le concevait plutôt bien puisqu’elle était sa mère, évidemment. Pour le reste… Peu d’âmes avaient un jour pu comprendre et adhérer à cette manière d’aborder la vie. Sauf peut-être… Elle. Yokai particulière, elle n’en demeurait pas moins attrayante. Zuruine se souvenait. Oh, oui. Il se souvenait parfaitement de ses sentiments envers elle, de ses moments intimes et complices, avec elle. Ensemble, ils avaient joués avec une tendresse infinie sur toutes les nuances d’une relation et cela avait beaucoup plu au renard, à l’époque.

Tout cela appartenait désormais au passé, mais Zuruine ne l’oublierait très certainement jamais. Car elle avait été la première, la seule. D’elle, il avait été amoureux, réellement. Et au fond, lorsqu’il y repensait, en dépit de l’ancienneté de cette relation et le fait qu’elle ne soit aujourd’hui plus d’actualité ; Zuruine admettait qu’il avait peut-être eu peur de cet attachement, tout simplement. Aimer quelqu’un à ce point est parfois très effrayant. Et le renard ne souhaitait pas d’un attachement pareil sur le long terme. D’autant qu’il avait été très clair dès le départ. Comme toujours avec ses conquêtes. Il mettait en avant la nature ténu de ce lien et qu’il n’était pas capable de le tenir plus que nécessaire. Certaines comprenaient, d’autres non et la répartition de l’ensemble restait tout de même très inégalitaire.

Mais elle avait toujours été un peu plus spéciale. D’ailleurs, c’était l’une des rares avec qui il était resté en contact après coup. Chose aussi rare que précieuse. Et malgré tous ses défauts, Zuruine reconnaissait tenir énormément à ce relent d’amitié, ce reflux du passé. Il n’aurait pu, ni même voulu la rayer à tout jamais de sa vie. C’aurait été trop lui demander.

En ce jour le destin parut lui sourire car il sentit son odeur dans le vent, non loin, alors qu’il traversait les plaines. Ni une ni deux, un sourire étira ses lèvres et bien vite, il entendit le son de sa voix. Ces vocables lui avaient tant manquées. Il fit volte-face, lui offrant un sourire magnifique. « Tsukiko, tu viens donc illuminer mes journées en plus de mes nuits, maintenant ? » Charmeur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Souviens-toi de moi lorsque le vent soufflera [PV Zuruine.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dès que le vent soufflera, je repartira... {OK}
» Te souviens-tu de ces sourires innocents et de ces paroles dans le vent ? ~ Nina ♥︎
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inuyasha - The last battle :: RPG | Époque Sengoku :: Plaines-
Sauter vers: